Confrérie du Guillon

Perrenoud Jacques

Imagier - Lithographe
Baulmes
Imagier honoraire

Perrenoud

C'est dans ses œuvres que notre imagier Jacques Perrenoud se perpétue... De lui, on voyait d'abord sa haute silhouette, sa forte carrure, sa tête de Père Noël, de capucin gourmand, de montreur d'ours, ses yeux malicieux et fureteurs dans lesquels brillait un formidable appétit de vie. Il était né sous une bonne étoile. Dans son berceau, les fées l'avaient abondamment gâté. Il irradiait de tous ses feux, dans son dialogue avec ses hôtes, dans les gags et les calembredaines qu'il alignait sous les fous rires des convives des ressats de la Confrérie du Guillon au château de Chillon. Aux yeux du monde, tout chez lui paraissait facile, naturel. Mais c'est bien dans son atelier d'artiste, peintre, lithographe et graveur, comme il se plaisait à se nommer, qu'il aimait à se révéler. C'était là, au milieu des lourdes presses lithographiques qui lui avaient labouré les vertèbres, parmi les pierres au grain fin qu'il avait amassées et qu'il chérissait tendrement, qu'il parlait de son métier avec les mots d'un troubadour pour sa bien-aimée. Si ces dernières années l'avaient un peu cabossé, il aura pu quasiment jusqu'à 80 berges bien sonnées faire passer sa verve, ses rêveries, ses folies dans ses bois gravés, ses lithographies, ses dessins au crayon, ses encres de Chine, ses aquarelles, ses céramiques. Prolifique dans ses œuvres, Jacques Perrenoud était généreux de sa personne. Ses amis, les conseillers de la Confrérie du Guillon, l'ont vu au travail. Durant des décennies, avec une veine intarissable, il a illustré, animé, illuminé les invitations festives adressées trois ou quatre fois l'an aux milliers de compagnons de la confrérie. Et les flâneurs qui, au fil de son trait jovial et malicieux, vagabonderont dans les pages d’anciennes livraisons de la Revue du Guillon ou dans celles du livre mémoriel des Riches Heures de la Confrérie du Guillon auront droit à une pinte de bon sang. Au total, Jacques Perrenoud aura peint sur des dizaines de kilomètres les scènes mémorables de dignitaires célébrant la gloire des vignobles et des vins vaudois. Oui, notre légendaire imagier a largement contribué à enrichir le style et l'expression sous lesquels la Confrérie du Guillon se flatte de se distinguer. Honneur à lui! Avec une amicale pensée pour Mona, son égérie de cœur et d'esprit! M.L.

Son site internet: www.artetenvol.ch

L’article a été ajouté à votre panier !

Votre panier »