Confrérie du Guillon

Romanens Christophe

Directeur Caves Blavignac
Chavornay
romanens(at)guillon.ch
Commissaires

Voici un conseiller qui nous est très cher.
Dans tous les sens du terme ! Songez: pour faire sa robe, il fallut plus d'un hectare de tissu et 250 mètres de fil à coudre. Tout ça coûte le lard du chat. Sans compter l'échafaudage qu’il fallut construire pour que la cousette puisse procéder aux essayages !
C'est qu’il culmine à 197 centimètres notre GulIiver et, sur la pesette, l'aiguille a tendance à faire plusieurs fois le tour du cadran. Mais d'où lui vient sa si grande taille? Sans hésiter Christophe Romanens accuse sa maman qui, lorsqu'il était bébé, aurait un jour confondu la boîte de talc avec celle de la poudre à lever. Une maman bien connue des confréries bachiques et gastronomiques puisqu'elle a présidé l'Association des gourmettes.
Né à Morges en 1976 Christophe n'a que 6 ans lorsque ses parents, Daniel et Janine, ouvrent leur premier commerce de vin à Genève, rue Blavignac, d'où la raison sociale, Caves Blavignac. Dès lors, pas étonnant qu'il opte pour une formation de caviste, qu’il entreprend à la Cave des viticulteurs de Morges et qu'il complète par les cours de l'Ecole supérieure d’œnologie de Changins. Diplôme de caviste-œnologue en poche, il fait a 20 ans ses premiers pas dans l’entreprise familiale, dont il deviendra directeur en 2002. Auparavant, il effectue en 1998 un séjour linguistique de six mois en Australie, en compagnie de son amie Anne-Laure.
Anne-Laure qu'il épousera deux ans plus tard et qui lui donnera deux enfants: Léa et Maxime. Elle collabore aujourd'hui à la bonne marche de l'entreprise en se chargeant des tâches administratives, bonne marche confirmée par l'ouverture d’un dernier magasin en 2012. Actuellement, ce sont 12 points de vente qui sont placés à l'enseigne des Caves Blavignac.
Ces activités professionnelles intenses leur laissent toutefois quelques loisirs qu'ils consacrent, l'hiver, à la pratique du ski et, l’été, à la navigation sur leur voilier, le bien nommé Christal.
Proche du monde agricole, Christophe Romanens n'hésite pas à donner du temps à ses copains paysans pour les seconder aux moissons, tout comme il participe à la vendange de la vigne de ses beaux-parents. Mais oui! On vous le dit: notre Gulliver a un cœur gros comme ça !

L’article a été ajouté à votre panier !

Votre panier »